Présentation du blog

  • : Les Mémoires Libertines de Sophie de R.
  • Les Mémoires Libertines de Sophie de R.
  • : Les Mémoires très Libertines de Sophie, Marquise de R. Je vous livre mes mémoires érotiques, mes rêves, mes fantasmes très débridés que je vous invite à partager dans ce blog. Je compose aussi mes propres récits, selon mes fantasmes les plus intimes.
  • Contact
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil

Qui suis-je ?

  • Sophie de R.
  • Les Mémoires Libertines de Sophie de R.
  • Femme
  • J'aime la vie et ses plaisirs, surtout ses plaisirs libertins... Qu'existe-t-il de meilleur que de faire l'amour ? Rien, selon moi !

Derniers Commentaires

Recommandez ce blog à vos amis

Recherche

Suivi RSS

  • Flux RSS des articles

Propriété intellectuelle

Chers amis libertins, chères coquines,


Vous venez sur ce site, plus ou moins souvent, pour y trouver plaisirs et peut-être insiprations...

J'espère que vous l'appréciez !

Je voudrais vous informer que mes textes sont dorénavant protégés par un copyright, qui garantit la propriété intellectuelle. Toute copie non autorisée des textes de ce blog est donc formellement interdite. Toute infraction constatée sera sanctionnée selon les textes en vigueur.

Mes récits sont protégés par e-auteur.com

Mais je suis tout à fait disposée à vous en autoriser la copie sur votre site, si vous me le demandez au préalable !

Bises libertines,
Sophie


Lire l’histoire de Chris m’a fait me rappeler ma propre expérience, il y a quelques années. Ca se passait avec ma belle-sœur. Enfin, la sœur de ma copine de l’époque. Nous ne faisons plus rien maintenant, même si je garde de bonnes relations avec elle... Tout a commencé chez moi, elle venait dormir souvent chez nous la semaine dans le canapé du salon. A force de venir, j'étais très souvent avec elle en train de regarder la télé. Un soir en me rapprochant d'elle, j'ai commencé à vouloir la caresser au niveau de son sexe. Elle était canon, et m’excitait bien. Les premières fois, elle me rejetait, mais elle a fini par se laisser faire... Mais à part mettre sa main sur son sexe à travers le pantalon, ca n'allait pas plus loin ! A mon grand regret !!! Et les soirs s'accumulaient, et elle était de plus en plus détendue, et moi insistant… Je me faisais de plus en plus pressant, et ma main a fini par caresser son clitoris un soir. Elle mouillait bien, elle s'est laissée faire… Mais ne voulait pas aller trop loin non plus, car ma copine, sa sœur, dormait dans la pièce d'à coté ! Et un après midi, alors que ma copine était partie en ville, ma belle-sœur arriva, je l'ai fait rentrée, je […]
Par Sophie de R. - Publié dans : Vos contributions - Communauté : REALISEZ ENFIN VOS FANTASMES!.
Donnez votre avis... - Lisez les 0 messages

Je n'aurais pas osé écrire sous ce titre : on a tellement dit et écrit sur ces filles déchues... Et pourtant, je n'éprouve aucune honte quant à mon métier de prostituée. Apprendre à un mari les techniques de l'érotisme, lui apporter la détente par le plaisir, initier les adolescents, rendre un équilibre aux gens d'église si souvent frustrés, enlever à un timide ses peurs abyssales de la femme, me permettent de bien gagner ma vie tout en faisant un métier utile à la société, alors qu'il est radicalement méprisé, et rarement bien pratiqué. Et puis, pourquoi le cacher ? J’aime sentir la tendre caresse d'un homme sur mes seins, j'adore voir le regard éperdu d'un mâle au moment où il sent que son plaisir va lui échapper, qu'il n'est plus le maître, qu'il passe, pour un temps, sous ma dépendance. Je fixe ce serpent dressé sous mes yeux, je l'hypnotise. Certes, si je le voulais, certains ne me résisteraient pas. Je me sens capable de leur en offrir toujours plus, je les tiens par le sexe et le plaisir. Il m'arrive de rêver d'une verge qui enfle dans ma bouche, tandis que ma langue se love tout autour et l'enserre. Elle se tend lentement, ma gorge se serre convulsivement sur ce gland […]
Par Sophie de R. - Publié dans : Vos contributions - Communauté : Divines et Libertines
Donnez votre avis... - Lisez les 0 messages

Je passe toujours mes vacances dans des endroits classiques de bord de mer, car je ne peux vivre sans la proximité de l’eau… Mais il y a deux ans, je décidais d’aller dans un centre naturiste. Je sais bien que l’on n’est pas censé y pratiquer le sexe…. Mais je voulais vivre cela au moins une fois ! Ma chambre n’était pas loin de la piscine de l’hôtel. Bien sur, je sortais toute nue de la chambre pour descendre à la piscine, juste avec ma serviette pour le transat. J'étais totalement impudique pour bronzer, quand je voyais les vieux et vieilles ne pas s'en soucier. Je ne faisais pas attention à mes positions… Mais c'est là que j'ai découvert le regard des hommes et même de certaines femmes. Rien à voir avec ce que l’on me disait de « l’asexualité » des clubs naturistes… Je les regardais discrètement, les yeux entrouverts, fixer mon corps, mon entrejambe. Au bout de deux jours, j'y avais vraiment pris goût. Et j'en jouais. Au grand plaisir des hommes et de ces quelques couples. Quelques jours après, l’hôtel était archi complet, et la piscine surpeuplée. Impossible même s'allonger sur le sol. Je décidais donc de bronzer sur mon balcon. Seule, nue, le soleil sur ma peau. […]
Par Sophie de R. - Publié dans : Mes expériences vécues - Communauté : LES PORTES DU PARADIS
Donnez votre avis... - Lisez les 0 messages

Cette histoire est celle d’un mari cocu après dix ans de mariage. Dans notre vie de couple, le côté sexe n’a jamais été le point fort, sans être un sujet de discorde mais quelque chose de banal et conventionnel. Ceci n’est d’ailleurs pas de mon fait, étant plutôt assez imaginatif côté cul. Après avoir proposé à ma femme des situations un peu plus cocasses que d’habitude, du type soirée en club, et ayant toujours essuyé un refus catégorique, je me suis lancé. Lors d’une soirée bien arrosée avec deux jeunes amis du Rotary, je leur ai proposés qu’ils restent chez nous. Il était tard, et il n’était pas raisonnable qu’ils reprennent la voiture. Ceux-ci étant tous deux célibataires, ils n’avaient pas de contraintes familiales. Devant ce fait indéniable, Isabelle n’a pu refuser, risquant alors d’être la cause d’un accident de la route. Rassurés de pouvoir rester sur place, nous avons illico ouvert une autre bouteille afin de terminer la soirée. Il était déjà minuit passé. Fatiguée, Isabelle s’excuse et prend congé de nos invités. Elle va alors à la salle de bain pour mettre sa tenue de nuit. Une fois Isabelle disparue du salon, la conversation devient plus une conversation d’hommes, […]
Par Sophie de R. - Publié dans : Vos contributions - Communauté : REALISEZ ENFIN VOS FANTASMES!.
Donnez votre avis... - Lisez les 0 messages

On dit souvent que porter un coquillage contre son oreille permet d'entendre le bruit de la mer. Quand je porte le con de Marilou à mes lèvres et que le goût salin de ses fluides envahit ma bouche, quand elle serre ses cuisses contre mes oreilles, quand elle pose délicatement ses talons sur mes épaules, j'entends le bruit du bonheur. Un bonheur spontané, gratuit, immédiat, rugissant dans son sang comme un éclat de rire dans la tempête. Chaque fois que ça se produit, je souris, puis je pousse goulument ma langue en elle, tout empressée que je suis de me délecter de ses saveurs intimes et marines. Et lorsque je ne puis m'enfoncer davantage, lorsque je touche finalement le tréfonds de son âme, mes mains glissent, paumes plates et lisses, le long de la douce chair qui s'étend des profondeurs de ses fesses aux vallons légers de ses genoux. Ensuite, je m'accroche à elle, j'écarte ses cuisses, je soulève ses hanches pour laisser ma bouche migrer lentement vers le sud, vers le soleil obscur de son cul, vers cette plage plissée de dunes aux exhalations épicées et enivrantes. Si ses mains sont libres - ce qui n'est pas souvent le cas -, Marilou laisse alors danser amoureusement ses […]
Par Anne Archet - Publié dans : Les récits gay et lesbiens - Communauté : Communauté gay
Donnez votre avis... - Lisez les 2 messages

Chers amis libertins, Chères amies coquines et délurées, Après une longue absence, due à la fois à ma nouvelle vie de femme heureusement mariée à un homme adorable et TRES coquin, ainsi qu’à une sale maladie « silencieuse et invisible » nommée Lupus, je reviens enfin vers vous.. Vous m’avez tant manqués, et j’espère pouvoir à nouveau publier mes aventures vécues, et les vôtres…. A très bientôt, mes chers amis, Baisers libertins comme vous aimez….
Par Sophie de R. - Publié dans : Mes petites infos... - Communauté : Histoire érotique
Donnez votre avis... - Lisez les 1 messages

Si l’on m’avait pris en photo, à ce moment-là, je me demande bien quelle aurait été mon expression. Sans doute celle d’un ahuri en état de sidération absolue, statufié devant une apparition relevant de la quatrième dimension. Tout cela, alors que quelques minutes auparavant, je me trémoussais à l’idée d’oser prononcer quelques expressions égrillardes devant elle… Aussi curieux que cela puisse paraître, au lieu de la prendre au mot et de foncer devant une telle aubaine, je ne puis faire autrement que de rétrograder. — Euh, Géraldine, vous êtes sérieuse, là ? — Mais bien sûr que je suis sérieuse ! — Mais nous ne nous connaissons que depuis dix minutes, et… — Holà, du calme, hein, il n’y a pas de demande en mariage, ne décollez pas. C’est juste un pari. Vous n’êtes pas joueur ? Une petite voix grandissante commençait à me souffler « Redresse, ducon ! Tu vas tout gâcher à faire le timoré ! » Par miracle, je retrouvai un peu l’usage de mon cerveau. — Si, je suis joueur, quand le jeu en vaut la chandelle. — Alors, à vous de voir si vous êtes disposé à tester vos connaissances théoriques, et à les mettre à l’épreuve de la réalité. Allez, Jacques, de l’audace ! — Eh bien, chère […]
Par Tigre Blanc - Publié dans : Les histoires à épisodes... - Communauté : Récits Erotiques X
Donnez votre avis... - Lisez les 12 messages

— En fait, ce que j’aimerais savoir, c’est combien de temps il faut pour… jusqu’à quand on est… Celui qui venait de parler ainsi, interrompant sa phrase, c’était Olivier. La raison pour laquelle il venait de s’interrompre, c’était Géraldine. Mais il faut dire qu’au moment précis où Géraldine se pointa (provoquant l’embarras d’Olivier), je ne savais pas qu’elle s’appelait Géraldine, je ne savais pas que j’allais apprendre très vite comment elle s’appelait, ni ce qui allait se passer ensuite, ce qui est une évidence, bien sûr, mais bon, quand même, quand on y pense… Quand on pense que maintenant, Géraldine est là, derrière mon dos, à se demander ce que je peux bien être en train d’écrire (non, non, ma chérie, défense de lire !), et alors qu’à l’époque, je veux dire « au moment précis où elle se pointa », elle n’était pour moi qu’une parfaite inconnue, semblable en cela à mille autres inconnues… Donc, au moment précis où Olivier, troublé par l’arrivée d’une jeune fille, qui n’était autre que Géraldine, resta quelques instants bouche ouverte, se demandant comment diable il allait bien pourvoir terminer sa phrase, nous étions, lui et moi, en train de deviser gaiement devant un café […]
Par Tigre Blanc - Publié dans : Les histoires à épisodes... - Communauté : Les récits érotiques
Donnez votre avis... - Lisez les 1 messages
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés